Le Réseau Téléphonique Commuté (autrement appelé RTC) fut créé au début du XIXe siècle et profita au rayonnement de l’utilisation du téléphone, et pourtant sa fin est prévue entre 2021 et 2024. Pourquoi ? Comment le remplacer ? Et par quoi ?

Qu’est-ce que le RTC ?

Le Réseau Téléphonique Commuté, bien connu sous l’appellation RTC, a été créé au début du 19ème siècle et servi de base au rayonnement de l’utilisation du téléphone.

Il est constitué par un immense réseau de communication autoalimenté qui a largement participé au développement économique et au désenclavement de certains territoires.

 

L’émergence des réseaux IP

Depuis 30 ans, l’émergence des réseaux IP qui s’est appuyée au départ sur ce même réseau en cuivre, est aujourd’hui supplantée par des réseaux en fibre optique ou hertziens qui permettent de transférer des masses de données à des vitesses phénoménales.

 

La voix s’est donc trouvée « écrasée » sous le poids des données (data) mais aussi des images qui se sont fortement développées dans toutes les formes de communication.

 

L’arrivée des premières centrales d’alarme dans les années 80 s’est appuyée sur ce réseau RTC pour transmettre les alarmes vers les premiers Centres de télésurveillance.

 

Quel était l’intérêt du RTC ?

L’intérêt était aussi de profiter du fait que ce réseau était alimenté électriquement en continu pour permettre de transmettre les alarmes même lorsque l’alimentation du secteur était coupée sur le site !

 

ORANGE, qui est l’opérateur historique de ce réseau, a annoncé le 26/10/2018 arrêter les commandes de ces lignes analogiques au regard des autres réseaux de télécommunication.

 

Du coup, le RTC va s’éteindre progressivement par secteurs géographiques à partir de la fin 2021 et cela jusqu’en 2024.

 

Aujourd’hui, vers la fin du RTC

65% des entreprises utilisent un standard téléphonique branché en RTC. Ce sont donc des centaines de milliers de TPE/PME et des millions de lignes qui vont devoir migrer vers des technologies IP.

 

On ne parle pas que du téléphone car la fin du RTC va nécessiter le remplacement de certaines centrales d’alarme ou de leurs transmetteurs pour passer par les réseaux ADSL filaires ou hertziens, voire les deux pour les sites les plus sensibles.