Milipol 2019 est l’événement mondial de la Sûreté et de la Sécurité Intérieure des États. 

Christophe CASTANER, Ministre de la Sécurité intérieure, Catherine PIANA, Directrice Générale de la CoESS, Claude TARLET, Président de la FFSP, mais aussi Alice THOUROT, députée et co-auteure du livre blanc sur le continuum de la sécurité au côté de l’ancien Chef du Raid Jean-Michel FAUVERGUE, et bien d’autres acteurs importants, et entreprises du secteur s’y sont données rendez-vous pour faire le point sur les dernières innovations et actions à mener.

 

logoMILIPOL2019

 

 

Selon Castaner à Milipol : « Le partenariat entre les forces de sécurité publiques et privées est indispensable, et même une condition de survie des outils de protection des Français »

Le Ministre Christophe Castaner est venu inaugurer le salon Milipol 2019, Mardi dernier à l’école militaire de Villepinte (Seine-Saint-Denis), et y a fait valoir qu’il n’avait « aucune opposition à associer les entreprises privées » au renforcement de la sécurité en France. Bien au contraire !

 

Cette question du transfert de compétences entre police publique et sociétés de sécurité privées n’est pas nouvelle. Déjà, en 2018, l’ancien Ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, affichait sa volonté d’accélérer cette « coproduction de la sécurité ».

 

Détaillé dans le livre blanc sur la sécurité intérieure attendu pour 2020, le projet de partenariat entre entités de sécurité privée et publique annonce que des sociétés de sécurité privée pourraient accepter des missions actuellement remplies par les forces de sécurité de l’État (exemples : gardes statiques, transfert de détenus hospitalisés non dangereux, activités non régaliennes dans les centres de rétention administratifs, protection de personnalités…).

 

« La menace est globale. Il faut agir fortement, et ensemble » annonce Castaner à Milipol

Les Agents de Sécurité, travaillant pour des entreprises de sécurité privée telle qu’Excelium, sont présents sur plein d’endroits publics où la Police ne se trouve pas, centres commerciaux, stades, sièges d’entreprises… », énumère Catherine Piana, Directrice Générale de la Confédération Européenne des Services de Sécurité (CoESS). « Quand ils voient des choses non régulières, ils pourraient être formés à transmettre les informations ».

 

« La radicalisation est une tendance mondiale » et « le maintien de l’ordre une question essentielle », a annoncé Castaner à Milipol 2019, alors que Paris doit accueillir les Jeux olympiques de 2024.

Le Ministre a également mentionné la lutte contre la cybercriminalité, contre « les réseaux de passeurs » et contre le trafic de drogue, « source de toutes les criminalités ».

 

Pour entamer le Continuum de la Sécurité qui aura pour but de créer davantage de liens sur le terrain et même administrativement entre forces de sécurité privée et publique,  Alice Thourot, Députée, propose un cursus unique pour le public et le privé, et la possibilité de passerelles entre chaque :

« Pour mieux travailler ensemble, il faut mieux se connaître, et pour ça la question de la formation est fondamentale ».

« Le continuum de sécurité est un très beau concept, mais derrière, il faut du concret », a observé mercredi Claude Tarlet, Président de la Fédération Française de la Sécurité Privée (FFSP). « Cela passe par la définition d’un certain nombre de règles fondamentales ».

 

Les quelques 11 000 entreprises du secteur sont un réservoir de bras – 168 000 salariés en 2016, selon un rapport de la Cour des comptes de février 2018 – important au regard du nombre des acteurs de la sécurité publique, qui sont  à peine deux fois plus nombreux (303 000 personnes pour l’année 2016 selon cette même Cour des Comptes, qui dénombre outre Police et Gendarmerie, les Policiers municipaux, Réservistes et force Sentinelle).

 

Alice Thourot insiste sur la nécessité d’en faire des « métiers attractifs », alors que le secteur peine parfois à recruter.

 

Enfin, Christophe Castaner a estimé que la « sécurité de demain » repose sur « l’innovation » d’aujourd’hui.